MIEUX VIVRE SON CYCLE GRACE AU YOGA

Posted on

Sauts d’humeurs, douleurs physiques, courbatures ou difficultés à se connecter aux autres… Beaucoup de femmes vivent leur cycle féminin comme un fardeau et cherchent à en minimiser les symptômes à tout prix. Tantôt euphorique, en colère, déprimée ou mélancolique, les fluctuations d’humeurs subies pendant son cycle sont bien souvent pour la femme “déconnectée” le reflet d’une non-acceptation de sa féminité et d’un déséquilibre de son système endocrinien.

Pourtant, ce cycle qui nous dérange tant n’est que l’expression de notre féminité : la clé pour pouvoir le vivre sereinement commence par l’accepter et se reconnecter à lui. Il n’existe pas de recette miracle : soyez patientes et tolérantes, ce n’est qu’en essayant de le comprendre avec douceur et bienveillance que vous parviendrez à vivre en harmonie avec ce cycle, et même à augmenter votre bien-être grâce à lui. 

Vous le savez sûrement, se reconnecter avec son cycle commence par prendre soin de soi, se consacrer un temps dans sa journée que l’on ne souhaite dédier rien qu’à soi et son bien-être. Le Yoga de la femme, entre autres, peut jouer ce rôle, nous aider à mieux écouter notre corps, à le ressentir pleinement et à trouver une connexion à lui. 

Au fil de notre cycle, les besoins de notre corps changent et il est important d’apprendre à s’y adapter pour augmenter notre bien-être.

La phase folliculaire : la puissance féminine à son apogée

Durant les 14 premiers jours de notre cycle (jusqu’à l’ovulation), nous sommes dans la phase folliculaire : exception faite des quelques jours de menstruations, c’est le moment où notre corps a le plus d’énergie et où notre esprit est le plus clair. Durant cette période, le corps a besoin de mouvement, d’action : c’est la période idéale pour se consacrer à des pratiques dynamiques et des postures Yang et pour se challenger. Guerrier II, chaise ou encore chaturanga… vous avez l’embarras du choix pour embrasser la belle vitalité qui se dégage de cette phase.

La phase lutéale : la douceur de l’automne

Après l’ovulation, nous rentrons dans la phase lutéale : le taux de progestérone commence à augmenter. Les règles et le syndrôme pré-menstruel approchent et vous pouvez vous sentir plus fatiguée que d’habitude : c’est le moment de se reposer, de ralentir et de redoubler de douceur. Les postures assises ou couchées et les étirements doux (torsions, flexions avant…) sont parfaits pour faire circuler les énergies bloquées au niveau du ventre et prendre soin de soi durant cette phase que l’on surnomme “l’automne du corps”.

Le syndrôme pré-menstruel : de l’importance de s’écouter

Une semaine ou quelques jours avant le début des règles, certaines femmes peuvent ressentir un état général d’inconfort, ainsi que des douleurs ou des gênes physiques ou émotionnels tels que des migraines, des douleurs à la poitrine ou des ballonnements. C’est ce qu’on appelle le syndrôme pré-menstruel. Le corps nous envoie un message pour que nous adaptions notre mode de vie pendant cette période. Prenez le temps de l’écouter et de vous reconnecter à votre chakra racine et votre chakra sacré. Des postures douces qui stimulent la circulation dans le bas de l’abdomen (posture de l’enfant, papillon, torsions…) sont vivement conseillées durant cette période.

Les règles : lâchez prise…

Enfin, parlons de la période la plus difficile du mois pour la plupart des femmes : les règles. Alors qu’elles étaient, pour nos ancêtres, la pure expression de notre féminin sacré, elles sont aujourd’hui vécues comme un fardeau. La non acceptation de ce processus naturel peut causer des sentiments inconfortables durant vos règles. Au lieu de les rejeter, considérez les comme un nettoyage physique et émotionnel : c’est un moment de tri, de pardon et de lâcher prise. Le corps se prépare à un renouveau, et il est important d’accompagner celui-ci avec la plus grande bienveillance. Durant ce moment du mois, les postures d’ouvertures de hanches vont vous permettre d’ouvrir votre chakra racine et votre chakra sacré, et relaxer le bas de votre abdomen pour réduire les douleurs. N’hésitez pas non plus à vous consacrer au yoga restauratif pour accompagner cette période avec douceur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.